Le syndrome de l’objet brillant, un désert, la soif et une oasis.

Imaginez un touriste qui marche dans le désert.

En fait, ce touriste s’est perdu.

 

Après 30 min de marche, la peur l’envahit.

Il voit du sable, des dunes de sable et du sable à perte de vue. Tout autour de lui, le paysage est le même.

 

Ajouté à cela la chaleur étouffante (52 degrés), la fatigue et la soif qui devient, de plus en plus, insoutenable, il se sent condamné.

 

7 min plus tard, il aperçoit quelque chose qui brille.

 

Pour lui c’est la réverbération (c’est à dire le réfléchissement) du soleil sur une étendue d’eau

c’est-à-dire

une oasis.

 

Il reprend espoir et marche dans sa direction

c’est-à-dire

vers le nord.

 

15 minutes plus tard, il ne voit plus l’oasis. C’est de nouveau la grosse angoisse.

En tournant la tête vers la droite, ça rebrille !

 

Oasis ou mirage ?

Il sent qu’il n’a pas le choix, il se dirige maintenant vers l’est.

12 minutes plus tard, ça ne brille plus.

 

M….. alors !

 

Il regarde autour lui.

Ça rebrille à droite.

 

Mirage ou Oasis ?

Il se dirige dans sa direction.

À ce rythme-là, ça peut durer encore longtemps.

 

Enfin, disons plutôt qu’il a de grandes chances de ne pas trouver d’oasis, à temps, puisque pendant son énergie diminue, sa soif et sa fatigue ne cessent d’augmenter…

 

La déshydratation menace.

 

Pour moi, cette histoire me fait penser et illustre, parfaitement,

 

le syndrome de l’objet brillant.

 

 

Le syndrome de l’objet brillant c’est quoi ?

Les américains l’appellent le SOS (un petit jeu de mot ou blagounette ou pas ?) : shiny object syndrome alias la maladie de la distraction.

 

On peut le définir par la tendance à vouloir courir après la nouveauté : un nouveau produit, un nouveau business, une nouvelle stratégie, un nouveau service, un nouvel outil, une nouvelle méthode, un nouveau projet… sans jamais terminer et sans jamais aller au bout.

 

Cela se caractérise par un

 

manque de concentration, de discipline et de focus.

 

Est-ce que vous vous êtes déjà dit :

 

  • Je n’arrive pas à terminer.

  • J’ai plein d’idées et de projets mais je ne vais jamais jusqu’au bout.
  • Je n’arrive pas à atteindre mes objectifs.
  • Je change constamment de stratégies, d’outils, de techniques, de méthodes…
  • Je repousse toujours à plus tard les tâches que je commence.
  • Je possède tout un tas (une vraie collection) d’outils, objets… que je n’utilise jamais.

 

Si vous avez vécu ça et que vous vous sentez concerné(e) par une ou plusieurs de ces situations alors je vous rassure vous êtes loin d’être la seule personne touchée par ce fléau.

Je vois, régulièrement, un grand nombre de coachs, consultants, thérapeutes, formateurs, experts… être handicapés, bouffés, lourdement impactés… par ce problème récurrent.

 

Souvent, ça se matérialise, concrètement, par, à titre d’exemple, l’envie d’acheter la toute nouvelle formation qui vient de sortir, le dernier logiciel à la mode, la volonté d’être présent partout : sur tous les réseaux sociaux, en ligne, hors ligne… ou encore l’envie de lancer plusieurs projets et plusieurs business en même temps…

 

Cette attitude s’accompagne bien souvent de la peur de passer à côté d’une opportunité, de rater une affaire, une info…

 

Pourquoi le syndrome de l’objet brillant est dangereux ?

Eh bien, essentiellement, parce que vous perdez de

  • l’énergie
  • du temps
  • de l’argent

 

Ce syndrome est terrible.

Imaginez ou plutôt rappelez-vous du temps passer à lire, visionner, analyser, comparer… les pages de vente des derniers logiciels, formations, outils, programmes… que vous avez découverts.

 

Parmi ceux que vous avez acheté combien ont été, réellement (j’ai dit, réellement) utiles et RENTABLES ?

Vous êtes allé au bout de combien de formations ?

 

Vous avez passé combien d’heures, de jours, de semaines… à étudier, analyser, réfléchir… avant d’acheter (ou sans acheter) ?

 

On peut clairement parler de distraction et de perte de concentration.

Je ne parle même pas du stress, de l’anxiété… liés à cette perte de temps considérable.

Toutes ces heures passées à se demander si vous allez faire (ou si vous avez fait) le bon choix.

 

C’est fatiguant, épuisant, énervant… et pleins d’autres mots finissant en « ant ».

 

Pendant que vous passez des heures à chiner, chercher, comparer, réfléchir… vous ne passez pas du temps à produire.

 

Et si vous ne produisez pas, vous n’avez aucune chance de vendre.

Et sans vente : pas de cash.

Et sans cash… bref, vous connaissez la chanson.

 

Outre le fait que le cash ne rentre pas, en plus de ça, il sort.

 

Eh oui, vous avez investi dans tout un tas de logiciels, programmes, formations… qui se sont transformés en coûts, charges…  voire pertes.

 

Alors que cet argent aurait pu servir pour d’autres leviers beaucoup plus intéressants et beaucoup rentables pour vous et pour votre business.

 

Maintenant, la grande question c’est

 

comment s’en défaire ?

 

Comment faire face au syndrome de l’objet brillant ?

Pour s’en débarrasser et le supprimer, il y a plusieurs astuces, stratégies, techniques, méthodes…

 

La première étape

consiste à en prendre conscience. Si on ne sait pas ce qu’on a (pire si on pense que tout va bien alors qu’il y a un problème, un défi…), on ne peut guérir, pas vrai ?

 

La deuxième étape

c’est de se poser les 3 questions suivantes juste avant de « se faire avoir », une nouvelle fois (en étant honnête et sincère) :

 

  • Est-ce que j’en ai vraiment besoin aujourd’hui et maintenant ?
  • Est-ce que j’ai du temps à y consacrer ?
  • Est-ce je le veux vraiment ou est-ce que je suis victime de l’euphorie et de l’achat compulsif ?

 

Grâce à ces 2 étapes (simple, pas vrai ?) vous allez vous débarrasser de ce gros (et grand) problème.

 

Pour enfoncer le clou, vous pouvez aussi vous appuyer sur d’autres stratégies complémentaires pour vous débarrasser et vaincre la procrastination, le manque de focus, de discipline… qui sont intimement liés au syndrome de l’objet qui brille.

 

Pour aller plus loin et découvrir plusieurs autres stratégies redoutables, je vous invite à (re)découvrir ces 3 articles :

 

Le mindset de l’ourson

Un remède contre la procrastination à 86400 €

Le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

 

Ou encore

 

La croyance (et le mindset) de l’éléphant qui ne veut pas se libérer

Avale, avale, vas-y avale-le pour dire adieu à la procrastination !

 

Pour plus de stratégies, astuces, techniques, méthodes, pépites issues de l’expérience de mes meilleurs mentors faites comme les autres membres de la communauté rejoignez maintenant la liste privée.

 

Pin It on Pinterest

Share This